Claude Bartolone à Melun le 7 novembre pour une Ile-de-France humaine !

Claude Bartolone, candidat tête de liste Une Île-de-France humaine sera présent à Melun le samedi 7 novembre 2015 à partir de 11h30 à l’Espace Saint-Jean, 26 place Saint-Jean.

Vous êtes cordialement invité(e)s à le rencontrer, en compagnie de Roselyne Sarkissian, François Kalfon et de l’ensemble des candidat(e)s présentes sur la liste.

Une occasion unique pour échanger sur les 12 engagements et les 160 propositions pour une Île-de-France pour tous, tous les jours, une Île-de-France humaine !

Retrouvez l’évènement sur les réseaux sociaux, c’est par ici ! Et n’hésitez pas à vous inscrire !

tract FK2015-01

Appel « Nous voulons garder notre Conseiller régional pour Melun et son agglomération »

« Citoyens engagés à Melun et dans son agglomération, militants de toutes sensibilités au sein du Parti Socialiste et au-delà, nous avons été plus d’une centaine à participer à une campagne municipale qui a permis à la gauche de Melun de repartir de l’avant.

Malgré un contexte national défavorable, où la tentation du vote sanction était omniprésente, nous avons su nous rassembler derrière la candidature de François Kalfon et porter la gauche à un niveau historiquement haut. Si elle n’a pas été couronnée du succès espéré, cette campagne aura néanmoins permis d’établir une nouvelle donne à Melun.

Forts de cette progression historique et de la nouvelle génération de militants que l’arrivée de François Kalfon a fait émerger, nous nous devons plus que jamais de proposer un projet alternatif aux Melunais. (…) »

Pour lire la suite de l’appel et signer, rendez-vous sur cette page.

12% d’augmentation d’impôts à Melun : le grand mensonge en 2015 avant le nouveau mensonge en 2016 !

Le 10 avril 2014

Melun

 COMMUNIQUE DE PRESSE 

 

12% d’augmentation d’impôts à Melun :  

le grand mensonge en 2015 avant le nouveau mensonge en 2016 !

 

Le 8 avril 2015, la majorité conservatrice de droite du conseil municipal a voté à l’unanimité une augmentation des impôts locaux de 12 %. C’était pourtant prévisible : l’austérité de l’UMP est pire que tout, d’ailleurs cette majorité l’avait déjà fait en 2009, un an après avoir été élue. Pourquoi ne pas avoir augmenter de 2% par an plutôt que de 9 ou 12% au lendemain de chaque élection et tout ça sans aucune concertation ?

A cette augmentation d’impôt massive et confiscatoire pour les melunais s’ajoute l’augmentation des tarifs d’accès aux services publics (cantine scolaire, médiathèque) et une baisse considérable des subventions aux associations de notre ville.

La municipalité de droite fait payer aux melunais son incompétence et sa gestion comptable hasardeuse de la ville de Melun, sa myopie financière, vendant la ville aux intérêts privés, aux intérêts bien compris de quelques uns, sur l’eau, sur le stationnement, sur la restauration scolaire, oubliant au passage ses habitants, qui eux travaillent, payent leur loyer et font leurs courses à Melun !

Lors de la campagne municipale 2014 à Melun, la municipalité actuelle s’était engagée à ne pas augmenter les impôts locaux. Promesse renouvelée dans le magazine de la Ville en en mai-juin 2014 : « Conserver le même taux des impôts locaux pendant 6 ans » « Rendre du pouvoir d’achat aux Melunais »… !

Un an plus tard, toutes ces promesses ont été balayées. La municipalité rejette la faute sur l’Etat mais elle oublie que toutes les collectivités de France ne sont pas obligées d’augmenter leurs fiscalités.

Elle oublie que la dotation de solidarité urbaine versée par l’État en 2015 est aujourd’hui supérieure à la dotation globale de fonctionnement.

Elle oublie que la Région Ile-de-France a considérablement accru son aide pour Melun cette année.

Elle oublie que, le jour même du conseil municipal, le Gouvernement a annoncé pour la mi-mai 2015 des mesures pour compenser les effets de la baisse des dotations aux collectivités locales sur l’investissement public, et notamment des « dotations d’investissement spécifiques » pour les… communes qui investissent.

Qui contestera que la municipalité actuelle est la seule responsable de ce qui lui arrive ?

C’est pourtant bien cette majorité de droite qui a eu recours à des emprunts toxiques qui coûtent si cher à la collectivité et qui font que la commune est une des plus endettés de France. C’est d’ailleurs elle-même qui renonce à défendre les intérêts des melunais sur l’emprunt structuré en ne portant pas l’affaire en justice. C’est elle qui décide d’une politique d’investissement trop coûteuse et sans rapport avec les besoins des habitants (musée de la gendarmerie). C’est elle qui décide de leur politique de recrutement dispendieuse pour des raisons de convenance. C’est enfin elle qui confie la communication à des cabinets privés au coût prohibitif (Bygmalion) et qui communique de façon abondante, assimilée à de la propagande.

D’ailleurs, nous demandons le prix de cette opération à la municipalité. Au lendemain même où on demande aux melunais de faire tant d’effort, la droite à Melun, inconséquente, décide de multiplier par des actions de communication payées par la collectivité pour tenter de justifier l’injustifiable.
A force d’oublier qu’un budget c’est aussi des recettes, à force de ne pas vouloir développer l’activité économique dans la commune – alors que l’agglomération de Melun, que l’on sache, n’est pas opposée politiquement – à force de ne pas se battre pour aider tous les melunais à obtenir du travail, voilà ce qui arrive : les melunais paient aujourd’hui plus, et paieront encore plus demain.

Les élu(e)s du Nouveau souffle pour Melun !  (PS-PC)

Le PRG de Melun

Débat d’orientation sur le budget 2015 de Melun : quelles finances publiques ?

Parce qu’elle y est légalement tenue, la ville de Melun a inscrit à l’ordre du jour du conseil municipal de Melun du 12 févier le débat d’orientation budgétaire (DOB) qui doit précéder la discussion sur le budget lui-même, en mars prochain.

Lors du même débat l’an dernier, et alors que nous étions en campagne pour les élections municipales, la gauche avait alerté les melunaises et les melunais sur la situation financière de la ville, son endettement, le danger réel créé par le recours aux emprunts « structurés », l’absence de politique de développement économique pourvoyeuses d’emplois et de recettes directes et indirectes.

Un an après, où en sommes-nous ?

La situation s’est empirée, et aucune solution ni marge de manœuvre ne paraît devoir se faire jour.

L’ensemble de la droite melunaise semble prise à son propre piège. Arguant de la baisse de la dotation de l’Etat – en oubliant d’ailleurs que cette baisse touche l’ensemble des collectivités et que beaucoup d’entre elles réussissent mieux que la majorité actuelle de la ville-préfecture ! – l’exécutif municipal a annoncé aux vœux de cette année une augmentation des impôts et des droits d’accès aux services publics municipaux !

Il lui faudrait « trouver » cinq millions d’euros pour boucler le budget 2015 et faire reposer sur les melunaises et les melunais l’effort financier correspondant aux conséquences de l’évolution du taux de change du Franc suisse sur le taux d’intérêt du deuxième emprunt structuré ! Tout aussi grave, la municipalité ne semble pas avoir pris la mesure des conséquences financières des opérations menées depuis plusieurs années, sur ses dépenses de fonctionnement, et en est réduite à supprimer les illuminations des fêtes de fin d’année ou, plus récemment, l’éclairage du rond-point Plein-Ciel !

Melunaises, melunais, Melun est-elle digne de cette situation, qui à terme risque de mettre en péril son statut de ville-préfecture !? Après le départ de la CCI, après le départ de l’IUFM, après le refus de travailler de concert avec la ville nouvelle de Sénart, faudra-t-il qu’elle se résolve au départ de la préfecture de Seine-et-Marne ?

 L’endettement public de la ville, et donc de l’ensemble des contribuables et des habitants, l’absence de perspectives données au monde de l’entreprise, aux commerçants et aux artisans, le refus de développement économique concret ne sont plus supportables.

 L’augmentation de la dette, la privatisation de l’espace public au profit de certains intérêts privés, mettent, aujourd’hui plus que jamais, en péril la situation financière de Melun et de ses habitants.

La politique financière de la ville doit changer, pour Melun, pour ses citoyens et pour l’ensemble de ses habitants !