Réunion publique sur l’état des finances de la ville de Melun le 13 avril 2016

 

tract part 1bis

Message de François Kalfon et les élus du Nouveau Souffle :

« Les élus du Nouveau Souffle vous invitent à une réunion consacrée à l’état déplorable des finances publiques de la ville. Avec une dette record – Melun est aujourd’hui la 16ème ville la plus endettée de France – et une hausse injustifiée des impôts locaux, nous vous invitons à venir nombreux échanger et comprendre sur cette situation intenable que nous déplorons.

Nous nous retrouvons donc le mercredi 13 avril, à 20h, à la salle du stade (2 rue Dorée) de Melun. Pour vous inscrire, cliquez sur ce lien. »

Invitation à la réunion publique du Nouveau souffle le 13 avril 2016

Invitation à la réunion publique du Nouveau souffle le 13 avril 2016

Endettement de la ville de Melun : les élus socialistes d’opposition saisissent la CRC !

Michel Dumesny, Sabine Enjalbert, Marie-Noëlle Villedieu et les élu(e)s d’opposition ont écrit à la Chambre régionale des comptes d’Ile-de-France pour solliciter un examen de gestion de la dette de la ville de Melun sur la période 2008-2013.

Il s’agit pour les élu(e)s socialistes d’alerter la Chambre sur  la gestion des emprunts à taux variables contractés par la Ville et l’impact de cette gestion sur les finances de la ville de Melun déjà lourdement endettée.

Retrouvez l’intégralité de la lettre sur le blog http://melun-stop-dette.blogspot.fr/Lettre CRC

Conseil municipal melunais du 7 février : des orientations budgétaires injustes et inefficaces

Le conseil municipal de Melun débattait jeudi dernier, en application de la loi (socialiste) de 1992, des orientations budgétaires pour l’année 2013 de notre ville. On pouvait s’attendre à ce que la municipalité actuelle présente les conséquences financières de ses grands choix politiques, en terme de dépenses et en terme de recettes.

Force est de constater pourtant que la municipalité donnait l’impression, au-delà des chiffres avancées, de vouloir échapper au débat. En insistant sur la permanence de crise financière et sociale, en incriminant les décisions du gouvernement de Jean-Marc Ayrault (sur les nouveaux rythmes scolaires, repoussés à Melun à la rentrée 2014, sur l’accueil à l’école des enfants de moins de trois ans), la municipalité ne voulait-elle pas minimiser ses choix réels ? Sous le paravent de l’évidence ou du bon sens, ne voulait-elle pas, pour la fin de son mandat et avant son retour vers les électeurs, minimiser sa responsabilité sur les choix retenus ?

Nos élu(e)s socialistes, Marie-Noelle Villedieu et Michel Dumesny, sont intervenus pour souligner les conséquences de ces choix : l’injustice découlant de l’augmentation des tarifs des services publics (supérieur de 0,5 % à l’inflation pour 2013), l’accroissement du niveau d’endettement de la ville et – de l’aveu même de la majorité ! – la difficulté dans laquelle nous sommes de pouvoir continuer à investir après 2014 pour préparer l’avenir de la ville et de ses enfants, sans augmenter l’endettement et les prélèvements sur les melunais !

C’est là le problème fondamental qui ressort de cette présentation budgétaire. Les investissements de la ville projetés pour 2013, supérieurs à 20 millions d’euros, ne répondent pas suffisamment à l’avenir de Melun, à son développement économique, à la formation, à l’emploi de sa jeunesse et de ses salariés. C’est le constat qui s’impose, pour nous, socialistes melunais, à l’issue de ce débat d’orientation budgétaire.